Tout continue, tranquillement. La fatigue est toujours là mais se fait un peu moins sentir. Par contre, toujours cette furieuse envie de vacances. Au loin. Au calme. Au soleil. Mais pas ce soleil vite étouffant des villes. 

Ce qui est positif avec ce temps, c'est que l'on a envie de manger des choses fraîches. Des crudités, des salades, des fruits... Justement, mon envie de fruits rouge qui ne disparaît pas va se retrouver de plus en plus assouvie. Les premières fraises ont commencé à apparaître. J'attends qu'il y en ait partout. Framboises, fraises, et puis un peu plus tard des cerises...

A ce propos, en mangeant mes premières fraises de la saison (je n'ai pas oublié, comme on m'a appris en étant petite fille, de faire un voeu), avec du fromage blanc et du sucre, j'ai eu une agréable sensation. Avec un peu d'imagination...A croire que le fromage blanc, bien remué, était de la crème. Pas de la chantilly, quand même pas, mais une bonne crème fraîche légèrement battue. Alors que non, ce n'était que du fromage blanc. Certes, du 20%, mais du fromage blanc quand même. Il faudra que j'essaie avec du 0% pour voir si la sensation est la même.

Il faut dire que j'aime beaucoup le fromage blanc. Beaucoup beaucoup. Il m'est arrivé une seule mauvaise expérience culinaire avec lui. Lors de mes tests pour trouver ma recette idéale de cheesecake. Au tout début, il y a quelques longues années, la novice que j'étais ne comprenait pas bien le terme de "cheese" et donc de "fromage". Et je ne pouvais pas imaginer mettre un quelconque fromage un peu salé dans la préparation d'un dessert. J'avais donc testé avec du fromage blanc. Résultat? Une catastrophe. Au goût, ce n'était pas ça. Et le cheesecake avait monté comme un soufflé avant de lamentablement s'effondrer. Une catastrophe. Bien sûr, il n'y avait pas que le fromage blanc en cause. Mais bon, c'est de lui qu'on parle là. Oui, bien sûr, on parle du cheesecake aussi. Mais lui, c'est différent. Il attend.