Me voilà de retour. Non, je n'avais pas laissé ce blog dans un terrain vague virtuel, les pages figées et vieillissantes. Un blog de plus dans le tas des journaux abandonnés...

Pour des raisons pratiques, il a été compliqué de poster depuis tout ce temps. Car quand on déménage, on ne pense pas que sa connexion internet va parfois mettre du temps à revenir! Et le temps de s'installer, de régler toutes les c****ries administratives obligatoires, de gérer en plus les imprévus...Tout cela prend du temps. 

Mais là, les cartons sont déballés, rangés. Il manque encore quelques petites choses mais je suis installée. Et surtout....roulement de tambour! Internet est arrivé! Donc je peux sereinement et tranquillement reprendre mon petit journal.

Sinon, passons aux choses sérieuses. Où j'en suis? La question à se poser après ce temps d'absence. Surtout après le dernier post où j'avouais partir totalement en...hmmm...vrille?

Et bien le déménagement ne m'a pas fait du bien. Car dans cette période, il est plus facile de manger tout et n'importe quoi, de se laisser aller avec l'excitation du nouveau chez-soi, de l'installation. Alors on se dit qu'on va se faire plaisir, que ça ira, et qu'on ne pourrait pas tenir avec une simple salade verte ou des yaourts O%. Oui, on se dit tout ça. Et au final, on sent d'un coup que le pantalon est un peu plus serré qu'il y a quelques jours, surtout quand comme moi on prend tout au niveau du ventre. Et là, on se dit qu'il doit y avoir un léger souci. Alors on se décide à monter sur la balance. Et on a juste envie de se claquer tellement la vérité fait mal. 

Et cette saleté de balance qui clignote, semblant nous dire "tu vois....tu vois...bien joué ma chérie!". Donc on s'en veut forcément. Pas pour tous les écarts, tous les plaisirs consentis mais plus pour le manque de volonté à avoir stoppé tout ça plus tôt. Car on peut manger des pâtes, des crèmes glacées, des pizzas, des frites avec de la mayo, des crêpes...("ah ouais quand même..."? je sais) mais le tout est de savoir se mesurer.

Mais voilà, comme je le disais la dernière fois, quand je suis partie, je suis partie. Tortue pour le sport mais lièvre pour ce qui est de profiter des bonnes choses!

Enfin bon, après ce réveil tonitruant, il y a de ça deux semaines, je me suis reprise en main, sérieusement. Des courses saines, de bons produits. Riz complet, blé, salades...sans pour autant me priver totalement. Ceux qui suivent depuis le début le savent: je ne me prive pas de matières grasses comme l'huile, le beurre dans mes plats. Le tout étant de ne pas en abuser, d'en mettre juste le minimum nécessaire. Pareil, je mange du sucre, avec mes petits-suisses, mon fromage blanc...
Je n'ai jamais voulu m'affamer, et je m'étais déjà rendue compte lors de régimes précédents que ça ne marchait pas et qu'au final, je reprenais tous les kilos perdus, voire le double, de manière fulgurante.

Donc depuis deux semaines, je fais attention. Les seuls minuscules écarts ont été une mini cuillère en plastique de sorbet lors d'un salon (impossible de refuser, l'artisan aurait été vexé) et un sandwich jambon-fromage lors de ce long week-end de l'Ascension. Alors que j'aurais pu me noyer sous des flots de glace à l'italienne au nutella ou au speculoos, de frites baignées dans des sauces généreuses, de flamiches excellentes... Cela donne une indication sur ma localisation ce week-end d'ailleurs...

Mais non. J'ai assez bien tenu. Et ce matin, en me présentant devant la juge balance new version, j'étais plutôt sereine. Car oui, je vous la montrerai bientôt, mais le vieux juge balance est enfin parti à la retraite. Et une nouvelle dame, qui va me surveiller à présent, a pris la place. J'avais essayé de revenir à un autre vieux juge à aiguille mais impossible, et cette absence de précision était insupportable pour moi. Car on ne voit pas bien les centaines de grammes perdus, et quand on fait attention pour perdre du poids, on a envie de le voir le -100, ou le - 300.

Alors le temps de prendre le temps, la nouvelle juge a installé son tribunal dans ma salle de bains. Et j'avoue que le vieux juge d'avant devait être bien rouillé et un peu myope. Car quand je suis montée sur ma balance dernièrement, je trouvais mon poids important par rapport à l'état de mon ventre. C'est à dire que je ne le trouvais pas si gros mais BAM! le jugement était implacablement sévère. J'en suis venue à me dire que je ne devais peut-être pas être partie sur des notions fiables en octobre dernier. J'ai demandé à quelqu'un qui connaissait aussi le vieux juge balance de tester la nouvelle juge. Et même constat "aaaah mais je suis plus grosse qu'avant!!!".

Ce qui fait que, aujourd'hui, lundi 17 mai 2010, après une pesée matinale, je fais 83 kilos. Alors que j'arrivais limite en sautillant dans la salle de bains, sûre de moi et des longues promenades effectuées ce week-end. J'avoue être un peu déçue, sceptique aussi car il se pourrait que mon poids soit plus élevé en cette période du mois. Mais bon, j'ai en tout cas déjà maigri depuis ma reprise en main. Et cela, sans vouloir être trop honteuse, se compte en kilos, pas en centaines de grammes. 

Je crois que je vais devoir m'y faire. Je reprends vite, très vite. Et même sans être au régime, j'ai toujours grossi vite. Après, le tout est de reperdre sûrement. Et là, j'avoue qu'en ayant fait attention mais sans me priver, cela fonctionne assez bien. Ce qui voudrait dire que le reste était du gras superflu, celui que l'on peut vite perdre. 

Enfin bref, le cheesecake n'est vraiment pas pour tout de suite. Il attend toujours lui. Et le petit, il risque de patienter encore un bon moment.